La liberté de s’exprimer, ce n’est pas seulement exprimer son droit de parler

Avec la nouvelle année, sont venus le calme, et ce que je pourrais considérer comme de la maturité. Je me suis tue.

J’ai pas de résolution, j’ai pas de vœux. J’ai de la colère, du désarroi, et de la déception. Et puis je ne sais de quel côté me placer parce que je ne comprends pas. C’est pour ça que je me suis tue.

Pourtant j’ai des choses à dire. J’ai tant de choses à partager. Mais je me suis quand même tue.

Je fais la radio. J’essaie de lire les journaux. A Paris, un attentat a fait 12 morts. Les gens sont en colère. Et tout le monde parle. Tout le monde s’exprime. Tout le monde s’insurge et s’indigne. Et moi? Moi, j’ai peur parce que je ne comprends pas le monde. J’ai en tête cette chanson de Roodyroodboy « inosan yo ». Cette phrase particulièrement me hante:  » Pourquoi Dieu a laissé aux hommes le pouvoir de gaspiller la vie des autres, le pouvoir de sacrifier, de maltraiter, de martyriser d’autres êtres humains? »

Il y a quelques mois, cette chanson m’était venue en tête quand les palestiniens se faisaient massacrer à Gaza. Elle m’était aussi venue en tête au cours du mois de décembre quand je m’étais portée volontaire à l’UNICEF et que je m’étais rendue compte de l’ampleur de ce qui se passait en Syrie. Ou encore lorsque j’ai fait la connaissance du peuple kurde. De ces femmes qui vont à la guerre contre les djihâdistes. Ces résistantes.

La liste est longue. Le monde va mal!

Ici ce n’est pas une question de religion. On est devant le côté obscur de l’être humain dans toute sa cruauté. On est face aux ondes négatives que l’on émet. Face à la bêtise humaine. On est face à face.

Ce qui me chagrine, c’est que même quand l’alarme est lancée, très peu de gens se sentent concernés. Ce soir tout le monde est Charlie. Ce mouvement de support aux familles des victimes de l’attentat. Mais ça fait longtemps que le sang coule. Combien de #jesuischarlie il faudra attendre pour que nous réagissions?

La peur est partout et elle est réelle. Parce que l’on n’est en sécurité nulle part. Le terrorisme ce n’est pas seulement la peur de se faire tuer en marchant dans la rue, c’est aussi la peur de laisser chez soi. La peur de donner son opinion. Et maintenant la peur de faire rire…

Combien de fillettes attendent de se faire enlevées par Boko Haram? Trop
de noms qui font peur: DAESH, Al QAIDA, l’État Islamique… Trop de victimes: Trayvon Martin, Ferguson… Trop d’incompris: Snowden… Trop de pays sans vision: Haïti… Trop de dictateurs, trop de guerres, trop de minorités exploitées, trop d’inégalités, trop d’incitation à la haine et à la violence…

Le monde va mal. N’attendons pas le prochain buzz pour réagir. La liberté de s’exprimer, ce n’est pas seulement exprimer son droit de parler, c’est aussi se battre pour ses idées. Comme l’a dit Gandhi « Sois le changement que tu veux voir dans le monde« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s