Il faut être différent et oser briser les cadres

J’aime la solitude. J’aime m’entendre réfléchir. J’aime cette petite voix dans ma tête que je suis la seule à entendre. Qui parfois invente des histoires. Des dialogues que je suis la seule à pouvoir comprendre. J’aime que mes pensées se fassent entendre sans qu’elles ne se noient dans le bavardage constant ou ne soient étouffées par les opinions des autres.

J’aime me réveiller dans une maison vide et écouter les mêmes chansons que je n’avais cessé d’écouter tout au long de la semaine. Je sais que je chante faux. Mais j’adore écouter l’écho de ma voix qui résonne contre les murs vides de la maison. J’adore m’entendre crier à tue-tête sous la douche, afin de pouvoir aller au même rythme que les mélodies qui s’échappent de mon téléphone.

J’adore la musique. Je suis accro à la musique.

Je n’aime pas prendre le petit déjeuner. Je n’aime pas me réveiller tôt le matin. Pourtant j’ai une passion pour les levers de soleil. Un ami m’a dit un jour que c’était un honneur que de pouvoir se réveiller tôt le matin afin de regarder le lever du soleil. C’est la chose la plus poétique qu’on m’ait jamais dite. Alors je me lève pour assister au lever du jour. Un jour je me suis rendue compte que j’aimais aussi le coucher du soleil. J’ai découvert ma passion pour le Crépuscule.

Je n’aime pas les grandes villes. Je ne supporte pas de ne pas pouvoir voir les étoiles la nuit. Je suis une fille de la campagne.

Je viens d’une petite ile qui jadis s’est révoltée contre l’ordre du monde. Une petite ile d’hommes et de femmes courageux qui ont voulu écrire l’histoire. Qui se sont battus afin de laisser un héritage à leurs enfants. Une nationalité, une langue, un drapeau, une liberté. Je viens d’une petite ile qui, depuis maintenant plus de 200 ans, s’est perdue dans la quête de son identité.

J’aime inspirer. J’aime montrer que le monde a quelque chose de positif. Je suis patriote et deviens très susceptible dès qu’on parle de mon pays. Mais je considère que c’est le devoir de chaque haïtien, peu importe d’où tu viens et où tu vas, d’éduquer le monde au sujet d’Haiti. Parce que les étrangers ne sont supposés connaitre que ce que l’on veut bien leur enseigner.

Je regarde très peu la télévision. Je pense que je suis honnête au point d’être naïve.

Je suis dynamique et joyeuse. Je suis mélancolique et dépressive. Je suis ce monde de contradictions. Cette fille qui se trouve seule parmi la foule. J’écris des histoires depuis mon plus jeune âge mais j’en ai fini aucune.

Un jour ma mère m’a dit:  » Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Elle pensait que j’avais du talent. Depuis, j’essaie de me montrer à la hauteur de ses attentes.

Je passe ma journée à vouloir faire de meilleurs choix alimentaires. Mais je ne peux me passer d’une bonne pizza au milieu de la nuit. Je suis la fille d’à coté. La bonne copine. La « fofolle ». Celle qui ne se maquille qu’une fois par mois. Celle qui est fière de porter son afro comme une couronne. Qui aime la mode mais qui ne peut se passer de ses jeans et de ses chaussures confortables. Qui adore la photographie et pourtant a la phobie des réseaux sociaux. Je suis cette fille qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et qui l’assume.

J’aime aider les gens autour de moi. Je déteste la négativité.

J’ai eu un accident de voiture et j’ai failli perdre une jambe alors je suis sensible à la cause des handicapés. Je suis maladroite et il m’arrive toujours des histoires bizarres. Alors je considère que je suis chanceuse d’avoir quelque chose à raconter.

J’ai été élevée dans une famille qui aime aider les autres et qui aime partager. Alors j’essaie d’aider autant que je peux. Je veux me rendre utile.

Depuis 4 ans je me promène à travers le monde. Sans cesse à la recherche d’exotisme et d’aventures. Sans cesse à la recherche d’une utopie. Je me considère comme une citoyenne du monde.

Je vis à Paris. L’une des plus grandes et plus excitantes villes du monde et pourtant, je me sens seule et je m’ennuie. Je suis à la recherche de quelque chose… je pense que je ne sais pas encore ce que c’est.

J’aime la politique. Je pense qu’il y a 3 types de personnes: Celles qui assistent au spectacle et qui critiquent, celles qui assistent au spectacle mais ne se sentent pas concernées et celles qui se jettent dans l’arène et qui font le spectacle. Je n’ai absolument aucune idée de ce que je veux faire de ma vie … et pour la première fois je me sens libre de le dire.

J’aime qu’on me corrige. J’aime apprendre. je pense que j’ai été bénie des meilleurs amis du monde. je passe souvent du coq à l’âne.

Je laisse la vie me guider. Elle m’étonne et m’intrigue à la fois. J’aime envoyer des ondes positives. Alors mon message est que, peu importe où vous êtes, il faut toujours envoyer des ondes positives au monde. Cela ne peut vous faire que du bien.

Il faut rêver! Rêver grand! Il faut être différent de ce que l’on avait imaginé et oser briser les cadres. je ne sais plus où j’ai trouvé cette phrase. Mais peu importe de quel recoin de ma tête elle sort, c’est mon message pour vous.

Publicités

6 réflexions sur “Il faut être différent et oser briser les cadres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s